Et après?, Mon Histoire

Un an

Il y a un an, je vivais le traumatisme à un niveau élevé. C’était la seule fois où j’ai dû prendre un médicament pour que je puisse tenir le coup. (pur placebo)

Il y a un an, j’essayais encore de trouver le sommeil.. Je me réveillai encore totalement éreintée avec l’odeur de sang dans le nez et la bouche.

Il y a un an, certains de mes contacts me présenter encore sous la forme de « Vae Soli la victime du Bataclan ». Je faisais l’objet d’attraction morbide sous les yeux de ces gens.

Il y a un an, les gens ne pouvaient voir le combat interne qu’il y avait entre moi et Moi. Le combat de comprendre qui je devenais, et qui j’étais en train de perdre. Le combat de vivre. De survivre. Le combat de continuer à croire que ça vaut le coup d’avancer.

Il y a un an, je n’aurai jamais pu croire que je serai là à écrire et à me dire que j’ai déjà bien évolué. Bien qu’évidemment qu’en tant que perfectionniste, j’aurai voulu évoluer plus rapidement et être en capacité de travailler etc.. (d’ailleurs depuis aujourd’hui, les victimes d’attentat peuvent être considérés comme des travailleurs handicapés auprès d’employeurs.. -_-)

Il y a un an, j’allais mal, j’étais au plus mal même. Je vivais le 14 juillet comme une torture. Entre les pétards, les angoisses, les sursauts etc.

Alex Strohl.jpg
Alex Strohl

Cette année, j’ai vécu le 14 juillet comme un événement commun. J’ai sursauté quelques fois, mais je n’ai pas eu d’angoisse et je n’ai pas pensé que c’était un attentat. Je n’ai pas pensé au Bataclan. J’ai juste vécu en observant mon filleul et ma nièce qui étaient émerveillés par la beauté des feux. En rigolant parce que ça fait 20 ans que les organisateurs mettent du Eiffel 65 pour la cérémonie. En taquinant ma belle-soeur sur des actes passés. Bref un moment tendre en famille.

Il y a un an, j’étais foutrement mal. Un an après, je ne dirai pas que je vais super bien. Mais je vais. Et c’est déjà pas mal. Je sais que je vais encore évoluer. Je sais que je n’ai pas fini d’apprendre de mon expérience, de la vie. Je sais que j’ai grandi. Ironiquement, bien que j’ai vécu le 13, je sais que j’ai plus de chance que la plupart des gens. J’ai une vision différente de la vie. Je sais. Je profite donc. J’ai hâte de me voir dans un an, voir mon évolution. Vivement.

 

.G

Publicités

10 thoughts on “Un an”

    1. Merci ❤ Je ne le voyais pas "positif" mais je vois un peu mon évolution et ça me fait du bien.
      Je vois aussi en fonction de mon association.. Beaucoup de gens ont eu des angoisses et se sont cachés du 14 juillet.
      Moi j'étais au resto, en terrasse, en face des feux. Comment faire un beau combo des angoisses des autres sur une même soirée 😀 !

      Aimé par 1 personne

  1. Tu as vécu un drame et tu en as fait une force. Tu ne t’es jamais laissée abattre. Tu resteras marquée à jamais mais ça ne t’as pas détruite. Tu es une personne courageuse, forte. Tu es exceptionnelle. Et dans un an, tu iras mieux encore je l’espère.

    Aimé par 1 personne

  2. C’est très courageux, cette reconstruction de ta vie!!
    D’expérience, je te dirais que c’est un long combat, un combat qu’on ne souhaite pas à son ennemi mais un combat qu’on gagne sur le temps!!!
    Pour reprendre une réplique de Kaamelott « c’est en se cassant la gueule qu’on apprend à marcher!! »^^
    Une maison effondrée se reconstruit étape par étape!
    …et je crois que je me laisse un peu aller…désolé^^

    Bon courage!!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s